Accueil > Expressions > Cartons rouges

Carton Rouge à Madame la présidente du CHSCT-EP de Météo-France

mardi 17 novembre 2020


A Madame la présidente du CHSCT-EP de Météo-France

Un CHSCT-EP extraordinaire était convoqué lundi dernier, 2 novembre, suite au nouveau confinement décrété par le chef de l’état.

Depuis la mise en place des couvre-feux, Solidaires demandait la réévaluation des mesures de prévention en CHSCT-EP pour coller à l’évolution de la crise Covid (par exemple, la possibilité d’une quotité hebdomadaire de télétravail supérieure à 3 jours), mais cela nous était systématiquement refusé.

Et voilà que subitement le 2 novembre vous réorganisez tout dans l’urgence, sur ordre du ministère et sous le patronage du Président : « le Président a dit, le Président a dit »...une belle anaphore !

Notre compte-rendu du CHSCT-EP explique clairement la logique de notre vote CONTRE votre nouveau plan d’action COVID. Les fiches Solidaires relatives au « droit d’alerte » et au « droit de retrait » que nous lui annexons viennent compléter notre déclaration finale.

A l’issue de ce vote, Madame la Présidente, vous nous avez mis au défi d’expliquer notre position aux personnels de l’établissement. Nous vous remercions du conseil et publions ce carton rouge, en complément de notre compte-rendu de la réunion.

NON, tout ne va pas bien dans l’établissement !

La COVID ne s’est pas arrêtée aux portes de la Météopole, de Saint-Mandé, des CMIRs, des centres.

- Avez-vous bien entendu que l’ARS a classé le CM de Guadeloupe en cluster ?

- Accepterez-vous d’admettre que la gestion du télétravail à géométrie variable, sous prétexte de protéger les personnels, est totalement inégalitaire et peu compréhensible ?

- Pensez-vous nous convaincre que le traitement des agent·e·s contractuel·le·s, qui se voient refuser les outils de télétravail au motif que les agent·e·s « titulaires » seraient prioritaires, relève seulement de la maladresse ?

- Trouvez-vous logique et responsable d’imposer aux membres des équipes de maintenance (OM comme Hexagone) une présence sur site en partie injustifiée, sinon pour justifier qu’ils « font leurs heures » ? Rappelons que nos collègues travaillent quasi-systématiquement en bureau/atelier partagé. Cela fait tache quand l’encadrement supérieur de l’établissement télétravaille à l’envi...

- N’est-ce pas un constat d’échec de votre politique de gestion du personnel, d’accompagnement de vos réorganisations et d’élaboration de vos PCA qui vous conduit aujourd’hui à inscrire noir sur blanc dans votre plan que des agent·e·s « cas contacts à risque avérés » peuvent venir travailler au risque de contaminer des collègues ?

Cette liste d’interrogations est loin d’être exhaustive et le déni dont vous avez fait preuve lors de ce CHSCT-EP nous a naturellement conduit à ne pas vous suivre. Il ne s’agissait pas d’une posture comme vous le laissez entendre, mais au contraire d’une réaction logique et cohérente avec l’éthique qui est la nôtre, de protéger les agent·e·s et leur santé.

Enfin devons-nous vous rappeler qu’en votre qualité d’employeur, vous avez l’obligation de préserver la santé au travail de tous·tes les travailleurs et travailleuses de Météo-France : agent·e·s titulaires, agent·e·s contractuel·le·s, personnels des entreprises sous-traitantes sur les sites de l’établissement ? Les exposer ainsi, en toute connaissance de cause, participe à une mise en danger de la vie d’autrui qui relève de la juridiction pénale.

Un prochain CHSCT-EP vous permettra peut-être de revoir sérieusement votre posture personnelle ?


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW