Accueil > Sections locales > Ouest > CTSS DIRO

Compte Rendu Solidaires-Météo du CTSS Ouest du 30 novembre 2017

mardi 5 décembre 2017

Représentants Solidaires-Météo : José Chevalier, Gilles Le Graët, Gilles Vadé, Fabienne Gouret, Philippe Pourchasse, Alain Torrente.

A notre déclaration liminaire suivante...

« En cette fin d’année 2017, le chantier 10 « Temps de travail » en cours est télescopé par la démarche AP2022. Dans ce cadre, toutes les missions de l’établissement sont mises en débat, en n’excluant pas une totale révision de nos activités. De même, les organisations du travail, en particulier pour les services postés, font l’objet d’une attention toute particulière qui n’augure rien de bon.
Dans ce contexte particulièrement anxiogène pour l’ensemble du personnel, Solidaires-Météo revendique le statu-quo pour toutes les organisations du travail actuelles cadrées par l’ARTT2015 et s’opposera à toutes les initiatives locales à la DIRO dans l’attente du cadrage national. »

… la direction répond et confirme qu’effectivement, sans consigne nationale, il n’y aura pas de changement de modalités.

Ceci n’empêche malheureusement pas la direction, en matière de mutualisation, de naviguer à vue dans une visibilité médiocre. Les CTSS se suivent et se contredisent, car ce qui était plausible ou imaginable, ce qui se disait et s’écrivait il y a six mois, n’est plus d’actualité aujourd’hui. L’exemple de l’éventuelle coordination Brest / Cherbourg pour la Marine est révélateur, mais bien d’autres sujets sont confrontés à cette réalité. Il est temps de trancher, de ne plus faire croire ou laisser entendre : il faut tout mettre à plat.

C’est dans ce contexte que les pistes de l’évolution de l’Aéronautique à la DIRO sont présentées. La cible pour 2021 est un CRA avec 2 postes H24, à Rennes et Nantes. La Direction envisage la formation du brigadiste de Nantes pour l’Aéro de Rennes, et la fermeture de l’Aéro de Brest en deux temps, avec passage en H12 temporaire, « au moment le plus propice », fonction des effectifs et/ou du potentiel pour les nuits. La formation pour la production régionale sera aussi élargie aux collègues Brestois. C’est clair ! La direction réfléchit aussi au passage éventuel en TAF long pour toutes les plate-formes, à les déplacer aux réseaux intermédiaires (0303, 0909), etc...
Nous préconisons et demandons une présentation globale de toutes ces perspectives à l’ensemble des agents des CRA de l’ouest.

Dans ce même contexte, la mutualisation Caen-Cherbourg s’organise en 2 postes pour toute la Basse-Normandie, avec un tableau de service unique, un rattachement des agents à PREVI/D au 1er janvier 2018, et un agent référent sur place pour la logistique, le tableau de service, l’Administration et la RH locale. En bref, un « facilitateur de fonctionnement ». Fonctionnement que l’on devra évidemment revoir, à la fin de la Viabilité Hivernale et/ou à chaque départ d’agent. Pour les activités Climatologie et Réseau, elles sont supervisées et pilotées par EC/D et OBS/D, et transférées progressivement vers le CMIR. Nous insistons pour que le rôle et la mission du référent soient bien définis, pour que PREVI/D soit bien identifié comme le seul service hiérarchique, pour éviter les interférences avec OBS ou EC. Ces centres ont déjà bien assez souffert, pas la peine d’ajouter de l’incertitude à l’angoisse.

Pour le pôle Angers-Nantes, on s’oriente vers une priorité à l’Aéro, le reste étant revu à chaque diminution d’effectif et à chaque changement de saison ! Pas de rattachement à PREVI/D tant qu’il reste un Chef de Centre. Nous dénonçons au passage le manque de pilotage de la fonction aéronautique en région. La direction le reconnaît et avoue y réfléchir.

Le tableau TROED présenté mélange allègrement effectifs réels, effectifs-cibles, et des flous sur la position de certains agents. Bref, on a du mal à s’y retrouver. Nous exigeons (et obtenons en séance) un tableau plus précis ! De même, nous demandons une identification en clair d’un « pôle Normandie » pour les PC de Caen et Cherbourg, même s’ils sont rattachés désormais à la Prévi régionale.

Nous interpellons la Direction sur les difficultés de fonctionnement du poste PAR. La Direction est consciente des difficultés, mais considère que les bilans sont maîtrisés, et que l’ouverture d’un poste CPR pourra combler les manques ! Une bien maigre reconnaissance des efforts consentis par les agents pour que ce poste tourne malgré tout.

Concernant le budget, la tendance est (sans surprise) à la baisse. On pare au plus urgent, mais pas d’extra.

Concernant la formation, en balayant le bilan de la DIRO, basé sur les axes nationaux de la formation permanente, la rubrique « veiller au bien-être des agents et assurer leur promotion » apparaît comme une véritable provocation. Pourtant c’est dans cette rubrique que s’intègre « l’accompagnement des agents », un élément fondamental de nos revendications actuelles. Nous déclinons ici, au niveau régional, ce que nous portons au niveau national, à savoir, la création d’une véritable cellule d’accompagnement, regroupant toutes les compétences et les connaissances en matière de reconversion, et dotée de réels moyens pour y parvenir.

Le point Télétravail de l’ordre du jour, est l’occasion de prendre conscience que 23 agents de la DIRO pratiquent déjà du télétravail ou du travail à distance dérogatoire ; sans compter tous les développements ou les études effectués pour Toulouse. Nous en profitons ici, dans une optique à plus longue échéance, pour inciter la direction locale à une réflexion plus profonde sur le travail à distance. Il va falloir accompagner une révolution intellectuelle (y compris dans l’encadrement) pour accepter, construire et organiser le développement du télétravail. Dans ce domaine aussi, les représentants du personnel, de manière intersyndicale, travaillent et avancent ensemble auprès de la Direction Générale, pour réfléchir à des fonctions « télétravaillables », et non pas seulement des postes.

S’agissant des effectifs, la DIRO perd encore 15 agents cette année, et bien souvent leurs fonctions sont réparties entre ceux qui restent. Tous les services souffrent sans exception.

En points divers (mais aussi bien avant le CTSS), nous avons alerté la direction sur un fait qui apparaît inadmissible (nous nous demandons d’ailleurs dans quelle mesure c’est légal) : la cheffe de division Prévision a mentionné dans un compte-rendu de réunion de service la liste nominative des agents de son service ayant des décharges d’activité pour représentation syndicale, avec pour chacun la quantité de journées de décharge : bel exemple de comptabilité analytique, manquait plus que le nom du syndicat ! La direction reconnaît ne pas accorder à ce point l’attention qu’il mérite, et s’engage à y remédier rapidement.

Toujours en point divers, nous déplorons que, depuis quelque temps, les sollicitations que nous ou des collègues faisons vers la direction restent souvent sans réponse, en témoigne le courrier d’un collègue CPR dénonçant le manque d’accompagnement et de présence de l’encadrement lors d’épisodes « sensibles » récents (pression médiatique). Nous rappelons qu’il existe un service (PCM) pour les média, ainsi qu’un responsable COM à la direction.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW