Accueil > Action sociale

Compte Rendu de l’assemblée générale d’ARAMIS

mercredi 24 juin 2015

L’AG d’ARAMIS s’est tenue, au siège de la DGAC, les 28 et 29 mai 2015.

Elle a débuté, le jeudi matin par une AG extraordinaire, indispensable à la validation des modifications des statuts de l’association et du Règlement Intérieur. Ces évolutions étaient devenues nécessaires après la vente du centre de vacances du Bataillet, par la DGAC, les remarques faites par la Cour des Comptes lors de son passage, en 2012 et l’intégration d’une probable nouvelle activité (la Billetterie, pour peu que le principe soit validé au cours de l’AG).

Les modifications ont essentiellement porté sur :

  • La modification de la durée du mandat des membres du CA, de 3 ans à 4 ans afin de s’aligner sur le renouvellement des Comités d’Action Sociale.
  • Le renouvellement par quart (au lieu du tiers) et une augmentation du nombre de membres du CA (16 au lieu de 15). Ces évolutions étant liées à l’augmentation de la durée des mandats.
    Suite à des démissions ou aux résultats professionnels, il y avait 10 sièges à pourvoir (4 pour 4 ans, 4 pour 3 ans et 2 pour 1 an). A la proposition du bureau de donner la priorité aux sortants (comme c’était le cas auparavant et afin de maintenir une certaine continuité) l’AG a préféré le tirage au sort. Dommage, car un résultat en fonction du nombre de voix obtenues par chaque candidat aurait été plus démocratique, que la loterie du tirage au sort.

L’AG ordinaire a pris la suite avec le bilan des activités 2014 et les évolutions 2015, par secteur :

  • « Jeunes : Plus de 700 enfants sont partis avec ARAMIS en 2014. Les inscriptions sont en légère baisse pour 2015. Un séjour pour les vacances de la Toussaint est à l’étude.
  • « Adultes/ voyages » : plus de 2600 personnes ont bénéficié des séjours « vacances ». A noter que le secteur « adulte » a essuyé les plâtres de la mise en place de la commande publique réclamée par la cour des comptes. Au lieu d’amener une baisse des prix, c’est le contraire qui s’est produit et de trop nombreux séjours sont restés invendus. De même, le délai de constitution d’un voyage est porté à 6 mois. Les délais d’inscriptions deviennent très courts pour les agents. (Plus de 100 agents candidatent, tout de même, pour moins de 50 places disponibles).
    Le programme 2015 ressemble fortement à celui de 2014, mais certaines destinations fonctionnent moins bien.

La possibilité de créer une QPA (quote Part Aramis) voyage séparée des linéaires n’a pas été retenue

  • Le Bataillet ; C’était la dernière année du centre dans le giron DGAC. Celui-ci a été revendu à CAP France. Les personnels ont été en grande partie reclassés. Un cas reste non réglé.
    Il faut noter également que pour aider à la reprise du centre, la DGAC, via le CCAS, a octroyé, jusqu’en 2017, une subvention exceptionnelle de 74500€ afin que les agents bénéficient de tarifs proches de ceux de 2014.
  • « Consumérisme » : Les réductions ne sont pas toujours très importantes et on peut parfois trouver moins cher via internet. Mais les offres sont « testées et approuvées ». Le retour d’accord avec Brandt est effectif depuis peu. Des critères d’emploi en France ont guidé l’entrée de nouveaux partenaires.
  • « Communication » : Il faut noter qu’il n’y a pas eu de chargé de Com pendant 9 mois.
    Afin de faire des économies (restrictions budgétaires obligent), ARAMIS n’éditent plus les catalogues qu’à 900 exemplaires, dont 800 pour les retraités « non informatisés ». Ils ont été réalisés (Maquette) par la météo de Trappes et imprimés par le service « repro » de la DGAC. (Ce qui permet de limiter les coûts). La DGAC se fait tirer les oreilles pour le faire. Il faudra peut-être le sous-traiter dans le privé, ce qui engendrera des dépenses supplémentaires.

Le site web (indispensable pour informer rapidement l’ensemble des agents) n’est pas non plus complètement opérationnel et la DGAC ne se presse pas pour régler les problèmes. C’est pourtant le vecteur principal de la communication d’ARAMIS.

L’AG a insisté sur le fait d’appliquer la dématérialisation du catalogue et la possibilité de pouvoir informer les agents sans passer par la CSR. En effet si cet agent est absent, tout est bloqué (exemple actuel du CLAS/Nord). Il faut espérer que cette difficulté n’existera plus en 2016.

Point important de cette AG, la validation (ou non) de la mise en place d’une billetterie nationale.

Suite aux États Généraux de l’Action Sociale et au questionnaire adressé aux agents, le CCAS a décidé la mise en place d’une billetterie. Il a demandé aux 3 associations nationales de se porter volontaire et le bureau d’ARAMIS a accepté ce mandat. Il faut bien admettre que l’association n’a pas vraiment le choix. Si ARAMIS veut continuer à faire profiter les agents de séjours (enfants ou adultes/familles) en y intégrant le QF et sans utiliser la méthode du « 1er venu-1er servi » et donc de faire bénéficier le plus grand nombre des offres proposées, elle doit pourvoir mettre des garde-fous dans le marché. Les prestataires rencontrés sont en effet capables de faire beaucoup plus que de la simple billetterie et de ce fait, mettre en péril la survie même d’ARAMIS. Malgré certains lobbyings, l’AG l’a bien compris et a donc validé cette nouvelle activité.

En dépit de la mise en place de cette billetterie nationale, les associations locales pourront encore avoir leur propre billetterie, pour peu qu’elles n’utilisent pas le même prestataire qu’ARAMIS.

Au cours de l’AG a été abordé également le renouvellement, suite à un marché public, du commissaire aux comptes.

L’AG se termine par l’élection du nouveau CA. 10 postes étaient à pourvoir et 10 candidats se présentaient. L’administration est intervenue pour poser un problème d’éthique concernant l’un des candidats, agent du siège et représentant du personnel. Solidaires-Météo a rappelé à l’administration qu’elle n’avait pas demandée, lors de la révision des statuts et du règlement intérieur, l’impossibilité pour un agent d’ARAMIS d’être élu au CA et qu’en aucun cas elle n’avait à rendre publique, lors d’une AG, 1 problème d’ordre personnel ou professionnel.

A l’arrivée, les 10 candidats sont élus et au jeu de la loterie, ce sont les « sortants » qui, malgré leur plus grand nombre de voix, sont élus pour les mandats les plus courts…

Ont donc été élus :

Françoise RUFFIER (FO, DGAC) Michel ALLALOU et Jean-Louis LOPEZ (UNSA ,DGAC) et Luc QUEILLE (CFDT, DGAC) pour 4 ans

Marie-Christine HIBON (CFDT, DGAC) Philippe BOZZIO et Henri CONAN (CGT, DGAC) et Bernard CIREFICE (Solidaires-Météo) pour 3 ans,

Sylvie BRIGNON (FO, Météo) et Thierry LE REGENT (CGT, DGAC) pour 1 an.

Siégeaient pour Solidaires-Météo, Bernard CIREFICE et Antoine JEAN-BAPTISTE


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW