Accueil > Sections locales > Ouest

Réunion des impactés au CMIRO le 22 février 2012

jeudi 14 mars 2013

Heure mensuelle d’information syndicale à l’appel de SPASMET-Solidaires Ouest

FO et CGT étaient représentés

Une vingtaine de participants au CMIR, présence du médecin de prévention.

De nombreux agents des centres départementaux ( sauf Brest, Laval ?) par téléconférence

Participation hors région Ouest : section sud-ouest et Saint-Auban

Après un rappel du contexte ( la réunion fait suite à une précédente à l’automne 2011)

diverses interventions :

  • les discussions en cours à l’approche de la fermeture (Alençon)
  • Un exemple de solution alternative ( Quimper)
  • besoin d’infos sur les stratégies de négociations ( Saint-Auban)

Il apparaît que :

  • il n’y a pas grand chose à gagner à se positionner très vite sur une affectation. D’ailleurs, les tractations peuvent durer jusqu’au dernier moment ( Quimper)
  • la prise du nouveau poste après fermeture ne marque pas la fin des problèmes, au contraire : d’autres apparaissent, tels que l’intégration dans une nouvelle équipe elle aussi soumise à transformation, l’adaptation au nouveau rythme ( h24 par exemple), la gestion des transports...
  • la solution poste réseau=poste télétravaillable a été « survendue » à l’ouest par la précédente direction locale
  • le télétravail limite les dégâts, mais l’offre peut être trop limitative : deux journées/semaines au centre de rattachement, c’est trop ( Saint-Auban, Alençon)
  • mais inversement, il y a un risque si le temps de travail extérieur devient majoritaire
  • manque de volontarisme pour donner de la matière au télétravail : la délégation de tâches est difficile dans un contexte où l’ activité se réduit pour beaucoup de services. C’est souvent aux agents demandeurs de télétravail de trouver le boulot
  • le télétravail en centre administratif est positif pour le lien social (Quimper)
  • les positions/revendications syndicales ne sont pas toujours bien comprises vues de l’extérieur, par exemple il ne faut pas se refuser de revendiquer des compensations matérielles ( Saint Auban, prise en charge du transport)
  • Mot de la fin pour Quimper : le « bruit médiatique, politique, syndical etc » ne solutionne pas les problèmes mais reste un levier efficace pour faire avancer les revendications.

Conclusion

Cette deuxième réunion a confirmé qu’il faut continuer à porter à la connaissance de tous les conséquences de la réorganisation. Au delà des publications écrites, ces moments d’échange sont essentiels :

Les collègues concernés directement peuvent y trouver des conseils, soutiens, voire réconfort et faire passer des messages concernant leur situation.

Pour les autres, c’est parfois l’occasion de découvrir la réalité humaine qui se cache derrière le terme « réorganisation territoriale ». Les discussions se sont prolongées une heure après la fin de la conf tph au CMIR

Pour les syndicats, c’est aussi l’occasion d’écouter des collègues qui ne s’expriment pas souvent.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW