MI 198 de juin 2022

Mettez un syndicat entre vous et la direction !

« Désormais quand il y a une grève en France… plus personne ne s’en aperçoit… »

Cette phrase d’un triste sire, pas peu fier et un peu toqué, mais néanmoins Président de la République, a été prononcée en 2008 devant un parterre de partisans joyeux, au lendemain du vote de la loi instaurant un service minimum en cas de grève.

Sans transition...
Depuis cette date, le nombre de morts au travail est passé de 537 en 2010 à 803 en 2019. Ces chiffres pourtant notoirement sous-estimés, nous permettent d’être tristement champions d’Europe, avec même une persistance de cette tendance à la hausse, alors que tous les autres pays d’Europe (hormis l’Espagne) voient diminuer leur nombre de morts au travail chaque année.

Sans transition encore...
Depuis cette date, le taux de syndicalisation en France, qui était déjà parmi les plus bas d’Europe est passé de 10,8% en 2008 à 10,1% en 2019 (chiffres officiels du gouvernement). D’autres sources, indiquent un taux de 8,8% en 2019, mais ne pinaillons pas... Depuis bientôt 30 ans ce taux avoisine les 10%, plaçant la France parmi les pays à la plus faible syndicalisation dans l’OCDE.

Difficile de ne pas faire de parallèle entre ces 2 constats... Ou, au contraire, trop trivial nous rétorqueront certain·es...

En effet, un taux de syndicalisation bas n’est pas directement responsable du nombre de morts au travail. En revanche on peut sans difficulté trouver des liens de cause à effet indirects. Car pour dénoncer des dysfonctionnements, des anomalies, des conditions de travail dégradées, dénoncer l’inaction de l’employeur, des représentant·es du personnel motivé·es, formé·es et agissant collectivement au nom du syndicat, sont plus efficaces que des salarié·es isolé·es sans mandat de représentation et donc sans protection.

De même, il est indispensable d’être suffisamment nombreux·euses, organisé·es, formé·es et volontaires pour être force de propositions face à l’inaction des employeurs, pour participer activement à des travaux relatifs à l’hygiène, la sécurité et l’amélioration des conditions de travail, voire pour impulser des politiques de prévention des risques ambitieuses.

Nous sommes en année électorale, et c’est l’occasion de rappeler que les syndicats sont des contre-pouvoirs essentiels, à Météo-France comme ailleurs.

Et la force des syndicats, ce sont leurs adhérent·es.

Pour Solidaires-Météo, l’inaction désintéressée ne peut pas être la nouvelle norme pour une pseudo qualité de vie au travail. Idem pour les expressions de mécontentement individuelles et isolées.. Nous affirmons que seule l’action collective et la mobilisation qu’elle entraîne sont efficaces pour la défense des salarié·es.

Syndiquez-vous !

Solidaires-Météo est premier syndicat de Météo-France à l’issue des élections professionnelles, et ce depuis près de 50 ans (cf. Météo-Info n°191 p15, cliquer ici pour le visualiser).

Notre syndicat a gagné sa place en portant haut ses valeurs de solidarité, de cohésion sociale, de défense de toutes les catégories de personnel, de promotion du service public et d’ouverture sur la société.

Si vous partagez nos valeurs, rejoignez-nous dans l’action collective en en adhérant à Solidaires-Météo ! Le lien vers le bulletin d’adhésion est ici

Dates des instances

CTEP
- 3 octobre 2022
CA
- 14 octobre 2022
CHSCT-EP
- 27 octobre 2022
CA
- 2 décembre 2022
CAP TSM
- 12 décembre 2022
CTEP
- 13 décembre 2022
CAP ITM
- 16 décembre 2022