MI Spécial élections professionnelles

Recyclerie : Solidaires-Météo s’y met

Voici à quoi ressemblait notre édito du MI156. Rien n’a vraiment changé sauf le nom de notre syndicat. D’où l’idée de recycler cet édito toujours d’actualité 10 ans après.
Le scénario était écrit. La direction ne peut se réfugier derrière d’obscures contraintes ou injonctions dont elle serait victime : elle fait partie du système qui a délibérément déconstruit l’organisation de l’établissement en fragilisant nos missions de service public.

« Les assemblées générales de section et le Conseil National du 23 au 25 octobre 2012 à Toulouse ont permis de faire un état des lieux de la plupart des services de Météo France après les bascules et les réorganisations de ces derniers mois et de décerner à la Direction Générale ce carton plus que rouge…

Après plusieurs années de lutte pour dénoncer toutes les conséquences pour Météo-France, ses personnels et ses usagers, qu’auraient la mise en œuvre des projets 2012 sans concertation, sans adhésion, le SPASMET-Solidaires constate que la direction reste sourde et qu’elle devra assumer les conséquences de ses choix stratégiques.

Nous dénonçons :

La désorganisation générale issue de la mise en place à marche forcée des bascules « 2012 », qui entraîne des changements perpétuels de consignes ou modes opératoires, pour palier, au fur et à mesure que les problèmes techniques se font jour, les manquements des outils ou de ces nouveaux modes d’organisations.

La baisse des effectifs reconduite d’année en année par les gouvernements et une Direction qui ne prennent pas la mesure de nos missions...

La dégradation de la qualité de nos productions : du prévisionniste au commercial en passant par le développeur, on n’ose plus justifier les loupés, les erreurs ou les incohérences, quand bien même l’on en comprendrait les origines tant les bricolages précipités se sont imposés pour tenir les délais.

La perte de sens du travail pour les personnels, partout criante. L’appel à une nouvelle société d’audit RPS, affidée du système, n’en n’atténuera pas la souffrance ressentie.

La dégradation des conditions de travail et l’incapacité de cette direction à respecter ses obligations légales de préservation de la santé au travail de ses agents.

Le traitement indigne des personnels impactés par les fermetures de centres, une centralisation à outrance et des choix stratégiques menés par un management de plus en plus distant des météos.

La direction et le ministère nous mènent-ils en bateau ?

(..) les non-réponses à nos demandes intersyndicales et bilatérales de rendez-vous au ministère depuis les élections de mai 2012, nous font craindre un blanc-seing donné pour poursuivre la destruction du service public de la météorologie.

Toutes nos demandes restent lettre morte, et le changement de gouvernement ne se traduit pas en changement de politique. Météo-France demeure une cible de la RGPP ancienne et nouvelle formule. »

Dates des instances

CA
- 2 décembre 2022
CAP TSM
- 12 décembre 2022
CTEP
- 13 décembre 2022
CAP ITM
- 16 décembre 2022