MI 196 de décembre 2021

27 janvier en grève pour les salaires !


Quelle que soit notre situation individuelle au sein de l’établissement Météo-France, au même titre que les autres salarié·es, précaires, retraité·es, intérimaires du privé ou du public, nous, météos, sommes toutes et tous concerné·es par la question du pouvoir d’achat... et on peut même parler du pouvoir de bien VIVRE !

CGT, FSU, FO, Solidaires, DIDEL, MNL, UNEF, UNL ont annoncé le 17 décembre dernier une mobilisation interprofessionnelles pour les salaires sur la journée du jedui 27 janvier 2022 (voir l’appel intersyndical du 17 décembre en cliquant ici).

Nous avons l’obligation d’en faire une mobilisation réussie !

Au-delà du ressenti individuel, et même si leur niveau de salaire ne pose pas trop de questions à certain·es, la notion de solidarité interprofessionnelle et intergénérationnelle s’impose à nous.
Les mobilisations qui se multiplient autour des salaires dans les secteurs privé (Leroy Merlin, Décathlon, Labeyrie, Bergams, Sanofi, Transdev, SNCF, Carrefour, Fnac…) et public (santé, éducation nationale…), ne peuvent pas nous laisser indifférent·es. Sans compter le traitement infligé aux demandeur·euse·s d’emploi via la scélérate réforme de l’assurance chômage.

Tout augmente sauf les salaires, minimas sociaux et pensions !

Les prix à la consommation ont progressé de 2,8 % en 2021 en France. Cette hausse pénalise lourdement les ménages et elle ne se limite plus à l’énergie comme en septembre 2021. En décembre, les prix alimentaires ont augmenté de 1,4 %, contre 0,5 % en novembre. Les produits manufacturés, eux, ont augmenté de 1,2 % contre 0,8 % en novembre. Un exemple qui parlera à beaucoup de monde : l’augmentation de 9% en moyenne des prix Ikéa annoncée pour 2022...
L’inflation harmonisée − qui permet les comparaisons européennes – s’établit à 3,4 % sur l’ensemble de l’année 2021. Et elle semble bien partie pour durer d’après les économistes.
En parallèle, le patronat distribue au mieux des miettes dans les NAO (Négociations Annuelles Obligatoires), le gouvernement se refuse à réévaluer le point d’indice dans la fonction publique, et propose une augmentation du SMIC de 0,9 % ! (elle serait de 25% en Allemagne !). Les mesurettes annoncées, 100 euros au chèque énergie, l’indemnité inflation de 100 euros, le gel du prix du gaz (après son augmentation !), restent largement insuffisantes, ponctuelles, et ne compensent pas le décrochage.

Il faut, en urgence,

• réévaluer le SMIC de manière significative (1700 € net),

• augmenter les salaires, les pensions, les minima sociaux,

• accorder le RSA aux 18-25 ans,

• dégeler le point d’indice,

• imposer l’égalité salariale réelle femmes/hommes,

• limiter l’écart entre les hauts et les bas salaires

On nous répète qu’il n’est pas possible de financer les salaires. C’est un mensonge. Et la crise Covid, le ralentissement de la production mondiale ont bon dos ! Il s’agit tout bonnement de choix politiques. Car pendant le même temps de la pandémie, 51 milliards de dividendes ont été versés aux actionnaires en 2021 et les scandales de l’évasion et la fraude fiscale se poursuivent et se multiplient au détriment du financement des services publics !

Les météos aussi subissent les baisses de pouvoir d’achat depuis des années !

Depuis des années, les pertes de pouvoir d’achat pour les agent·es publics se cumulent. L’inflation ainsi que le gel du point d’indice ont entraîné des milliers d’euros de perte. Pour prendre conscience du montant de l’argent que vous avez perdu, nous vous rappelons l’outil mis à disposition par Solidaires fonction publique : observez en un clin d’œil la dépréciation de votre traitement depuis 2010.

Solidaires-Météo appelle les météos à se mettre en grève le jeudi 27 janvier !

La crise sanitaire ne doit en aucun cas empêcher l’expression sociale. Et le droit de grève n’est absolument pas remis en cause par le télétravail.
On se déclare gréviste, que l’on soit prévu sur site ou en télétravail (et on se déconnecte), et on rejoint les manifs (en respectant les règles en vigueur et les gestes barrières, cela va de soi).

Réclamons ce que l’on nous doit !

Dates des instances

CHSCT-EP
- 10 mars 2022
CTEP
- 31 mars 2022
CAP TSM
- 17 mai 2022
CAP ITM
- 2 juin 2022
CTEP
- 14 juin 2022
CHSCT-EP
- 30 juin 2022