Accueil > Sections locales > Sud-Est > CTSS DIRSE

CR CTSS-SE - spécial organisation division Service - 2 mars 2020

vendredi 6 mars 2020

CR CTSS-SE - spécial organisation division Service - 02 mars 2020

Administration :

F. Atger DIRSE/D - JL.Marino DIRSE/DA - P. Noterman DIRSE/Support/D -

Ph. Albert DIRSE/Prévi/D

Représentants du personnel :

J.Bonhomme et S.Alary pour Solidaires - G.Monteau futur MC, et expert pour Solidaires - JL Camilleri pour FO.

Ce CTSS, convoqué assez tardivement, avait pour but de définir le cadre de fonctionnement de la nouvelle division Service, etde savoir comment tirer profit des 2 CPRs supplémentaires accordés à la DIRSE.

La DG souhaitait que ce CTSS ait lieu avant le 6 mars, date du cycle de mobilité.

Le document préparatoire n’a été envoyé que 5 jours avant aux représentants du personnel, ne laissant que peu de temps pour la concertation.

DIRSE/D a tenu à s’excuser de ce délai très court , dû à la difficulté de fournir un document préparatoire, « assez précis mais pas trop quand-même »

Et ce document d’organisation est loin d’avoir fait l’unanimité chez les futurs agents de la division, car ne tenant pas compte des remontées déjà faites par le personnel.

- L’essentiel des discussions a porté sur lerenfort du CPR(RCPR).

L’effectif cible de la DIRSE serait de 14 CPR et 19 MC, dont 4 ou 5 agents à Ajaccio. Pendant la phase de transition, les effectifs monteront à 23 MC, avec 2 MC à Montpellier, 3 à Nîmes, et 2 à Perpignan.

Le système hybride proposé, comprend de l’astreinte pour les MC 6 mois/an, et un 2nd poste H24 pour les CPRs les 6 autres mois.

La gestion de ce type d’organisation est extrêment lourde et chronophage pour l’encadrement, avec un mélange de P, SP, de HB reportables et non reportables, et de périodes en HB avec astreinte.

Parmi les problèmes soulevés :

- Renfort à distance :Les CPRs sont, à juste titre, inquiets d’un tel fonctionnement.

DIRSE/D se veut rassurant, faisant confiance aux nouveaux outils de communication. Les OS sont très dubitatives, quels outils ? Que se passera t’il en cas de problème technique ? Comment être réactif en communiquant par écrans interposés ? Quelle sera la nature du renfort ?

- Activation du renfort :la direction estime que l’on ne prendra aucun risque et que l’astreinte sera activée la veille au moindre doute. DIRSE/DA estime que le cas non prévu le plus probable reste un PPI.

Pour Solidaires, l’activation ne répondra pas aux changements soudains de temporalité courte, notamment système convectif, évènement neigeux sous-estimé...

Que se passera t-il si une situation mal prévue dégénère ? L’agent en astreinte a 2h pour se rendre sur son lieu de travail. Le temps qu’il arrive et qu’il se mette au courant, le CPR sera bien seul…

- Formation :territoires très étendus, nouveaux outils, nouveaux modes de fonctionnements… L’échéance arrive à grand pas (printemps 2021), il faut former 23 MC issus des PC et PAR, avec des problèmes de tableaux de services.

DIRSE/D précise qu’avec la fin de la VH et la mutualisation des tableaux de bord de certains centres, les agents pourront dégager du temps pour les formations.

FO souligne que l’effectif des PAR ne leur laissera pas ce temps.

- Maintien des compétences des RCPR,avec finalement peu de nuits par an en astreinte.pour DIRSE/D, le renfort de nuit n’est pas un problème car les RCPR auront l’habitude de cette vacation de renfort en journée.

Solidaires souligne qu’avec 23 puis 19 MC à terme, ces vacations ne reviendront que toutes les 2 à 3 semaines, avec le risque d’avoir plusieurs vacs « calmes » successives.

DIRSE/DA explique alors qu’un plan de formation et de maintien de compétencessera mis en place, avec des exercices réguliers de mises en situation.

- Horaires de bureau : ils seront variables, de 10h maximum, et soumis au pointage. Par contre, pas d’écrêtage. Il y aura des HB tâches non reportables, et des HB avec tâches reportables (les 2 à mieux définir), des HB pendant les semaines d’astreintes… avec plus ou moins de libertés selon le type de vacation. L’idée de télétravail n’est pas exclue, il faudra mieux étudier les modalités.

-Fonctionnement Ajaccio :le pôle d’Ajaccio fonctionnera avec 4 agents à la fois MCMontagne/Nivologie et MC. Ils auront en charge le futur bulletin 4 saisons Montagne Corse + portefeuille de clients Corses. C’est donc un poste polyvalent qui devrait avoir une fiche de poste spécifique.

Ces agents ne tourneraient pas comme RCPR en journée, mais pourraient être soumis à l’astreinte selon le document fourni par la direction. Un réel problème de compétences risque de se poser s’ils ne peuvent assurer le rôle de RCPR de nuit qu’une à 2 fois par an.

- Sujetions astreintes  : estimées à environ 800 euros par mois à partager entre les agents concernés, sachant qu’un régime d’astreinte ne peut fonctionner qu’avec au moins 4 agents. Sur la base de 8 agents en astreinte par mois (2 agents/semaine) on arrive « royalement » à 100 euros par mois, 6 mois/an dans le système proposé au CTSS.

Remarque en passant : un agent en astreinte vient en HB toute la semaine. S’il est amené à faire une nuit, les 2 journées, avant et après, ne sont pas effectuées. Il ne fera donc que 12 h au lieu de potentiellement, 20h. Il gagne donc très peu financièrement mais en plus perd des heures sur son bilan...

- Travail de nuit :certains PAR actuellement en H24 ont émis le souhait de continuer à faire des nuits. DIRSE/D ne s’oppose pas à ce que le 2ème poste CPR tenu en haute saison soit assuré par un MC, sur base de volontariat, après formation appropriée.

DIRSE/D tient à préciser que les agents voulant rester en H24 n’auraient pas dû postuler sur un poste de MC. Mais ont-ils vraiment eu le choix ? Il précise aussi qu’il avait encouragé les agents qui ne voulaient pas faire de nuit à le préciser lors de l’ICP. 1 seul agent s’est manifesté en ce sens.

Les échanges avec la direction n’ont pas permis de rassurer les OS sur le fonctionnement de la division en période de crise, ni sur la période ’calme’ en renfort d’astreinte. La complexité du système voulu, va utiliser beaucoup de ressources d’encadrements, avec un risque majeur de ratés.

On veut définir une haute et une basse saison, pour doubler le poste de nuit 6 mois par an ? Mais entre les canicules (juin à août) , les FDFs (juin à septembre, voire plus, même s’ils sont traités à part), les orages d’été dans des zones très touristiques, la saison les pluies intenses (septembre-novembre), la VH (décembre à avril), que peut-on considérer comme basse saison dans la DIRSE ?

L’effectif cible de la DIRSE, CPR+MC, paraît suffisant pour avoir un poste RCPR en H24 toute l’année, simplifiant la gestion des TDS, et offrant une organisation beaucoup plus robuste et sereine, ce 2ème poste pouvant être tenu par des CPRs ou par un certain nombre de MC.

La direction estime qu’il y aurait trop de nuits calmes, pour lesquelles un 2ème poste ne se justifie pas. Elle estime que l’astreinte donne de la souplesse, et évite le travail de nuit inutile, mettant en avant la santé des agents (actuellement, il y a un CPR et un PAR la nuit, avec un doublement possible du CPR en cas de crise). Par contre, des rythmes complètement décousus liés à tous les gabarits de vacations (SP à horaire variable, HB, astreintes) ont l’air de poser moins de problèmes.

Solidaires souligne que les nuits sont plus difficiles seul qu’à 2, que la redondance dans la prévision et le suivi de l’évolution, est un gage de sécurité.

Finalement, suite aux craintes formulées, il a été convenu que DIRSE/PREVI/D allait étudier le « coût » de3 scénarios et leurs conséquences,en tenant compte des conditions de travail, des métiers, et de la gestion.

Ces 3 scénarios doivent se faire sans modification de l’effectif global, ou à la marge, dans le cas de ’bascule’ entre MC et CPRs.

Ils seront présentés aux agents.

1 - un fonctionnementavec1 RCPR en H24 toute l’année(RCPR pouvant être CPR ou MC sur base de volontariat pour les nuits).

Pour SOLIDAIRES et FO, cette solution paraît être la plus simple,la plus robuste, et la plus suceptible d’obtenir l’adhésion du personnel.

2 - un fonctionnement avec1 RCPR en astreinte 6 mois/an et un 2ème CPR en H24 les 6 autres mois,C’est le scénario proposé par la direction, mais complexe et satisfaisant pour personne.

3 - un fonctionnement avec1 RCPR en astreinte toute l’année.

Risqué par rapport à l’isolement du CPR la nuit, souvent activé, sur une période assez large. Encore plus de contraintes pour les MC. Pas d’adhésion du personnel.

Le sujet ’renfort du CPR’ peut, en partie, être dissocié du sujet ’Prévi conseil/clim’ (SP-PR et HB), même si le scénario choisi aura un impact sur le nombre de HB à faire.

DIRSE/D propose donc de mettre en place des groupes de travail pour la partie Conseil et clim, pour définir la configuration la plus satisfaisante, du point de vue métiers (expertise, contenu des vacations), et rythmes de travail (vacations SP, P, HB, Astreintes).

Cette réflexion peut commencer de suite.

Solidaires approuve l’implication du personnel dans la suite des discussions.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW