Accueil > Sections locales > Antilles-Guyane > CHSCT DIRAG

Compte-rendu CHSCTSS-DIRAG du 1er mars 2018

DIRAG anba dlo

samedi 17 mars 2018

Présents pour Solidaires-Météo :

Olivier ADOLPHE
Camille CORDEAU
Régis TÉLLIER

Liminaire à vif

Le liminaire intersyndical met en exergue une nouvelle fois la mauvaise gestion de la Direction, dont la tête se targue pourtant d’ aimer manager.
Pas de Procès-verbaux des CHSCTSS-DIRAG d’octobre et décembre 2017. Les suivis d’actions sont rentrés à la dernière minute sous Amélio, et à chaque CHS les mêmes débats repartent sur des sujets qui n’ont trouvé ni solution ni avancement.
Le rapport JLO, s’il n’est pas encore rendu, a permis de confirmer la véracité des Représentants du Personnel notamment sur les difficultés de communication et d’encadrement à la DIRAG dans les services de la prévision et administratif. La réorganisation Administrative et la réflexion en groupe de travail verra finalement l’association des Organisations syndicales, après insistance et pugnacité de celles-ci.

Avec la célérité du molokoï [1]

Des décisions importantes en matière d’hygiène et de sécurité tardent à être prises en Guyane et Martinique en raison de l’avenir incertain des locaux. La Direction refuse d’investir dans des lieux qui n’abriteront plus Météo-France dans quelques années. Mais, ce sont les Agents qui souffrent de ces impérities.

De manière générale, le Médecin de Prévention de Martinique souligne avec justesse qu’il faut s’imposer des délais plus rapides dans les actions à mener. Sa sagesse sera-t-elle suivie ? Souvenons-nous qu’il avait recommandé des mesures de bruit en Guadeloupe en raison des nuisances sonores de l’aéroport. C’était en octobre 2017, le Personnel attend toujours les mesures acoustiques du CIST [2] qui doit être saisi par l’Administration...

Il existe enfin un Document Unique à la DIRAG. Ce DU n’est pas parfait, mais c’est une avancée. La visite de l’ISST [3] en octobre n’aura pas été vaine ?
Le risque sismique appartient aux plus gros risques identifiés. Aucune prévention, formation ou information sur les tremblements de terre ne sont planifiées. Un exercice par an (fourre-tout avec incendie et tsunami), est-ce suffisant dans une des régions les plus exposées au monde ?
Des formations RPS et écoutants ont été ajoutées au plan de formation à la demande de Solidaires-Météo.

En Martinique : des parapluies pour l’intérieur

Le parking se détériore constamment. La Direction se contente de régulièrement boucher les trous (au sens propre) en souhaitant qu’aucun accident ne survienne.
Si le lamentin, animal marin dont il ne reste trace à la DIRAG qu’en Guyane évolue dans le milieu aquatique, les Agents du Lamentin n’apprécient guère leur environnement amphibie. Difficile et dangereux de s’adapter à des fuites sur des câbles électriques, des infiltrations d’eau par remontées du sol ou capillarité. Toute cette humidité réjouit blattes et scolopendres (pour rappel les morsures douloureuses de ces dernières causent parfois des réactions pouvant entraîner le décès). A Desaix, des infiltrations ont également été constatées dans le bâtiment le moins ancien, là encore sur des câbles électriques.
La mise hors d’eau du bâtiment du Lamentin (CM972) se fera-t-elle avant le début de la saison cyclonique (juin) ou avant son pic d’activité (août à octobre) ? SG/Log aurait estimé les travaux à hauteur de 125 000€... mais recommandé le candidat le moins-disant (80K€). La Direction ambitionne de tenir le délai du 30 juin et juge que c’est une échéance réaliste. Le Personnel du Lamentin lui donne donc rendez-vous le lundi 2 juillet pour un pot d’étanchéité.

Guyane : pas d’alarme donc pas de panique

Le DATI [4] n’est pas opérationnel car la Direction ne sait plus vers qui se tourner. Quelle autorité ou entité prévenir en cas de besoin ? Les pompiers de l’aéroport ne veulent pas, et il y a quelques années des sociétés de sécurité privées avaient été démarchées sans succès.
Alors que Météo-France partage un bâtiment avec l’Aviation Civile (à l’étage), le système d’alarme de l’AC n’est pas raccordé. De plus, le CM973 ne possède pas à proprement parler d’alarme, ne serait-ce qu’une corne de brume (suggestion de l’ISST). Plus de la moitié du temps (nuits, samedi, dimanche, jours fériés) un seul agent est présent dans les locaux : le prévisionniste.
Des questions d’aménagement restent en suspens et ne seront vraisemblablement jamais tranchées en raison d’un déménagement probable : les Agents devront alors se contenter de leur minuscule cuisine et faire une croix sur les remaniements souhaités dans la salle de Prévision.

Guadeloupe : la Direction fait la sourde oreille

Extrait du liminaire : "même des problèmes urgents ne trouvent pas de solution simple, ne serait-ce que temporaire : aucun EPI [5] contre le bruit (casque) n’a été à ce jour remis aux agents exposés aux nuisances sonores des moteurs d’avion au Centre météorologique de Guadeloupe (Maintenance, Climatologie, Ingénieur du LIP, Responsable adjoint du CM971)".
L’isolation du bâtiment est parcellaire, la salle de Prévision reste plutôt bien protégée des bruits d’aéronefs a contrario d’autres pièces donnant également côté piste. La Direction informe que le cahier des charges était trop exigeant (demande de fenêtres ouvrables) pour les entreprises locales. L’option sans ouvertures avec extracteurs d’air semble aujourd’hui privilégiée et réalisable. Si des entreprises se sont déplacées dans les locaux pour étudier la faisabilité, les travaux par tranches auront probablement lieu durant la saison cyclonique, pour une fin estimée en novembre...

Calendrier :

Prochain CHSCT : le jeudi 14 juin en Guadeloupe

Visites de sites : 28 mars en Guyane, 18 et 19 avril en Martinique (Desaix et Lamentin), 17 mai en Guadeloupe


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW