Accueil > Sections locales > Nord > CHSCT

Compte-rendu Solidaires-Météo du CHSCT Nord du 30 mars 2022

mardi 12 avril 2022

Solidaires-Météo était représenté à ce CHSCT par Violette Dehais, Sandrine Deville, Gérard Doligez, et Oswald Hovaere.

Ce CHSCT s’est tenu en visioconférence Bluejeans en présence de Jean-marc Pietrzak DIRN/D, Miguel Sancho assistant de prévention (AP), Dr Desbuisson, médecin du travail pour les Hauts de France, Carine Dubos infirmière, et Carole Criquillion assistante sociale.

Approbation du PV du CHSCT du 18 novembre 2021

Suivi du plan d’actions H&S

Actions à clore :

- travaux pour limiter le risque d’intrusion à Rouen,

- travaux d’étanchéité à Abbeville,

- instruction pour le plan de prévention pour les entreprises extérieures.

Plusieurs actions ont pris du retard en raison des contraintes liées à la crise sanitaire :

- mise en place de la formation PRAP suite au recensement des besoins,

- formation au risque routier pour les agent.es Commerce,

- planification des visites de sites,

- revue du risque chimique lors des visites de sites,

- travaux dans les salles de réunion Ouest et Nord du CMIRN (salle visio).

Risque de nuisances sonores dans la salle serveur : des casques anti-bruit ont été fournis aux personnels de Support/Informatique. La question de l’isolation phonique de la porte de la salle doit être approfondie.

Risque travail isolé dans les centres distants : une démarche régionale de fourniture de DATI aux personnels des sites d’Abbeville, Rouen et Boulogne est engagée. Le principe a été acté avec les personnels d’Abbeville. Cette action est étroitement liée à la problématique des locaux de ces centres (cf infra).

Avenir des implantations locales : politique SPSI en DIRN

Le Schéma Pluriannuel de Stratégie Immobilière (SPSI) de Météo-France pour la période 2021-2023 prévoit notamment une « optimisation » du parc immobilier. Si la lutte contre l’isolement des personnels en effectif réduit dans les implantations territoriales est mise en avant, il s’agit avant tout de répondre aux exigences, d’une part de maîtrise des dépenses, et d’autre part de taux d’occupation moyen tel que défini par la Direction Immobilière de l’État (DIE).

En DIRN, cette politique nationale se décline ainsi :

- concentration de l’activité sur le CMIRN,

- pour les 3 implantations de Boulogne, Rouen et Abbeville, recherche d’un autre hébergement mutualisé avec une autre administration à partir du moment où l’effectif est inférieur ou égal à 3 agent.es.

Pour Abbeville :

La projection donne un effectif de 3 personnes début 2023, puis 2 personnes à la mi-2023. La première solution envisagée, en concertation avec les agent.es, de repli des 2 agents restants sur une partie du bâtiment a été refusée par la Direction Générale. Une solution de relogement des 2 agents doit être désormais envisagée. Une réunion à Abbeville avec DIRN/D est programmée le 15 avril. De plus, reste la problématique de l’avenir du bâtiment d’Abbeville, qui restera à la charge de Météo-France, car abritant un radar météo.

Pour Rouen :

La même démarche de recherche d’un autre hébergement est engagée, car l’effectif tombe à 3 personnes dès début 2023. Une première option de rapprochement avec le SPC Normandie-Seine-Aval est à l’étude.

Pour Boulogne :

Actuellement 3 agent.es de 3 directions d’affectation différentes occupent encore les locaux à Nausicaa. Des discussions ont là aussi été engagées avec l’agglomération pour un nouvel hébergement.

Si Solidaires approuve la prise en compte du risque d’isolement des personnels dans les implantations territoriales, nous rappelons cependant la nécessité de communiquer vers les agent.es concerné.es, qui ont besoin d’avoir une visibilité sur ces opérations de changement de locaux de travail.

La Direction souhaite acter une solution pour Rouen et Boulogne fin 2022, pour un déménagement début 2023. Solidaires insiste sur la nécessité de se donner du temps pour les décisions et préserver de la souplesse sur les délais de déménagement, pour ne pas sacrifier le bien-être des agent.es et générer des RPS. Ce serait en particulier une ineptie de rejeter une solution d’hébergement qui convient au personnel, parce qu’elle exigerait un délai supplémentaire de 6 mois/1 an pour sa mise en oeuvre par exemple.

Division Services : organisation de l’espace et des postes de travail

Un programme de travaux pour la réfection de la salle prévi a été rédigé avec la DLP (Direction de la Logistique et du Patrimoine) comprenant la réfection de la salle, du sol, l’achat de nouveau mobilier. En parallèle a été monté un GT sur l’ergonomie des postes CPR et MC : étude de la distribution des postes, disposition des PC, des écrans, distribution des câbles, communication entre prévis.

Une consultation des prévis est organisée. La psychologue-ergonome Aurélie Bioche a animé un atelier. La médecin du travail participe à la démarche également. La DIRN est ainsi DIR pilote pour l’expérimentation des nouveaux postes de travail CPR/MC.

Aurélie Bioche présente l’avancement du projet avec les éléments de langage classique de la conduite du changement : « ressenti positif », « démarche bien perçue », « grande participation », « co-construction », « scénario partagé ».

Il reste à définir un scénario privilégié pour monter une salle d’expérimentation avec la configuration d’un poste CPR et d’un poste MC expérimentaux.

Certaines questions qui ont une incidence sur l’ergonomie restent en suspens :

- sur les outils (quel système d’exploitation sera utilisé pour Synospsis ?),

- sur le nombre de postes opérationnels à armer dans la grande salle prévi.

Sachant que la réorganisation des divisions Services suscite de l’opposition dans les DIR, Solidaires pose la question du ressenti des prévis par rapport à ce projet DIRN. Services/D considère que c’est forcément un plus pour les prévis, mais que tous les prévisionnistes ne sont pas moteurs.

Cette démarche d’étude ergonomique des postes previs aurait sans doute plus de valeur et d’intérêt, si elle venait appuyer une organisation du travail définie en amont, en concertation avec les prévisionnistes, en accord avec leur vision du métier, et non pour essayer de faire avaler la pilule d’une réorganisation bancale, pilotée par la diminution des effectifs, et son corollaire la centralisation et l’automatisation de la production.

DUERP de la DIRN : intégration des RPS

Pour rappel, la démarche d’évaluation des RPS est conduite par le service APRP selon une méthode définie au niveau national : des entretiens entre pairs (sans l’encadrement) sont animés en binôme par 2 AP dans les différents services. A l’issue des entretiens, les AP rédigent une synthèse sur tous les problèmes remontés, les co-analyses des situations de travail et les solutions discutées en réunion. Cette synthèse est soumise aux participant.es pour validation. Ensuite une version consolidée et anonymisée est remontée à l’encadrement. Les AP conduisent également un entretien avec les encadrant.es. De là une synthèse globale est rédigée pour élaboration du DUERP.

L’AP souligne la grande attente des agent.es de manière générale vis à vis de cette démarche.

- Division Services
Les entretiens hors encadrement ont été menés par métier, par Miguel Sancho (AP DIRN) et Eric Pulby (AP DIRNE) : le 21 février pour les PAR et MC, le 3 mars pour le CPR. L’AP témoigne d’une bonne participation des prévis, avec beaucoup d’expressions, des discussions riches qui ont permis des analyses croisées en donnant la parole à tout le monde.

L’entretien avec les encadrants de la division Services est prévue le 5 mai.

- Division Support
La faible taille des équipes Support en DIR a conduit à réaliser un regroupement au niveau national des Support/Info et Support/Adm afin de pouvoir recenser les problématiques communes et certaines questions locales. Un entretien a déjà eu lieu, et un deuxième est prévu.

- Division Commerce
Démarche d’entretien au niveau national comme pour les divisions Support. La réunion avec les ingénieur.es commerciaux a eu lieu le 15 mars.

L’objectif est d’avoir intégré les RPS dans le DUERP fin 2022.

FO pose la question de la déclinaison en DIR de l’évaluation réalisée au niveau national pour les services Support et Commerce. L’AP précise que les propositions qui ressortiront de l’évaluation nationale seront soumises à Support/D qui pourra alors les adapter et/ou en ajouter d’autres en fonction de problématiques locales.

Solidaires rappelle que les risques liés à la logistique des centres distants ne doivent pas être oubliés dans le DUERP DIRN, car ils ne peuvent être traités qu’au niveau de la DIR.

Programme des travaux

- Bilan 2021
Sont passés en revue l’ensemble des travaux réalisés en 2021.

A noter en particulier, que la réception des travaux de rénovation thermique du CMIR a été réalisée et les différentes réserves ont été levées.

Pour les contrôles électriques annuels des centres, l’APAVE a été retenue comme nouveau prestataire du marché.

- Programme 2022
Les principaux travaux programmés sont :

- aménagement des salles visio au CMIR,

- amélioration du chauffage au CMIR,

- aménagement de la division Services.

A noter qu’un recrutement externe a été effectué pour remplacer Sandrine Czepyga qui quitte la division Support.

Médecine de prévention

La Dr Desbuisson présente son rapport annuel 2021 qui englobe à la fois son travail pour la DGAC et Météo-France, ce qui n’est pas très pertinent pour notre CHSCT.

Pour les visites médicales, l’infirmière relève la difficulté de prise de rdv via le logiciel Padoa, du fait de l’absence de réponse par les agent.es le plus souvent. Suite à une question de DIRN/D, la médecin précise ne pas avoir eu connaissance auparavant de la procédure sur les visites médicales rédigée par la DRH à l’attention des chef.fe.s de services. Elle va se renseigner sur sa réelle applicabilité...

Le service médical a engagé des discussions avec Services/D pour mettre en place des ateliers de sensibilisation sur le sommeil dans le cadre du travail de nuit. Les modalités des sessions restent à définir.

Point COVID

DIRN/D reprécise la déclinaison dans la DIR des dernières directives nationales qui « desserrent » quelque peu les contraintes.

En particulier, au CMIRN , est conservée la possibilité de travailler en bureau individuel pour tout un chacun. Une jauge de 6 personnes est maintenue au niveau de la cuisine.

Dans le contexte actuel de contaminations qui perdurent, les réunions en distanciel restent privilégiées autant que possible.

Prochain CHSCT prévu le 29 juin 2022


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW