Accueil > Sections locales > Sud-Est > CTSS DIRSE

Compte rendu Solidaires météo du CTSS sud-est du 21 novembre 2016 : Une phase de transition à marche forcée

vendredi 25 novembre 2016

Étaient présents :
Pour la direction : Françoise Marche (DIRSE/D, Frédéric Atger(DIRSE/DA), Diane Vioux (DIRSE/ADM/D), René Jourdan (DIRSE/ADE), et Jean-Luc Marino (DIRSE/Previ/D)
Pour Solidaires météo Cécile Guyon et Jérome Sambussy
Pour la CGT : Marc Borelli (titulaire),
Pour la CFDT : Vincent Daval
Pour FO : Jean-Luc Camilieri
Suppléant CGT : Thierry Dumont (suppléant)

Commentaires Solidaires meteo : transition, mutualisation, dématérialisation, réorganisation les maîtres mots de notre direction et pour nous beaucoup d’interrogations. Pour la direction sud-est il va falloir résoudre une équation avec beaucoup d’inconnues. Beaucoup de groupes de travail planchent sur le nombre de CRA, l’organisation de la nivologie, les centres marins…. avec pour seul mot d’ordre sous jacent : réduisez les effectifs et débrouillez-vous pour trouver une organisation qui fonctionne ! La phase de transition dans la région sud-est proposée dans ce CTSS nous a paru déjà obsolète.

Dans toutes les instances, les représentants de Solidaires Météo demanderont à la Direction de prendre en compte les difficultés à venir, de prévoir des dispositifs d’accompagnement conséquents : prime si mobilité, doublement des points pour mutation éventuelle, formation passerelle, promotion..

Point 1 : lettre de mission des DIRs.

Deux documents « états des lieux » et « mode de fonctionnement dans les 3/5 ans à venir », en ligne sur intramet, ont été étudiés.
Une phase transitoire qui va certainement être difficile avec des charges de travail de plus importantes et peu d’allègement. Les documents donnés sont déjà obsolètes notamment pour les PAR (cf point 3 PAR)
Deux points noirs : Marignane et Nice avec de nombreux départs à la retraite prévus dans les années à venir. Pour les CRA, seules les « plateformes à enjeu » seront pérennisées (Orly, Roissy, Nice, Lyon et Bâle-Mulhouse) plus un nombre encore inconnu de CRA supplémentaires (en négociation avec la DGAC). Au total une fourchette (parlons plutôt de rateau !) de 5 à 17 CRA subsisteront. La pérennité de ML, MT et Bastia sont mis en cause.
Pour la prévision, la directrice sud-est a demandé à la DG la pérennité d’un poste MT/Nîmes, notamment en raison du nombre conséquent d’évènements méditerranéens violents dans la Languedoc/Roussillon. Bien entendu nous la soutenons dans cette action.
Enfin autre sujet d’inquiétude : le management en réseau autrement appelé en étoile. Les chefs de centre météo partant en retraite ne seront pas remplacés. Un chef de centre sera sans doute amené à manager plusieurs pôles, à l’exemple de Montpellier/Nîmes/Marignane. Cela nécessitera un surcoût, des formations et une charge de travail très importante.

Solidaires météo sera extrêmement vigilant sur les conditions de travail et d’accompagnement. Tout le monde est touché soit directement, soit par ricochet !

Point 2 : TROED 2017

Ce Troed 2017 n’est qu’une adaptation à la réalité, sitôt publié, sitôt obsolète (exemple des PAR comptés 16 alors qu’il ne seront plus que 11 !). Des postes sont supprimés sur Commerce, TTI, Ajaccio, Perpignan, Calvi, PAR, Montpellier et le service Administratif. A noter des transferts chef de centre Bastia (1TSM en 1 IT), 1 TSI d’Aix à Nice, 1 sécrétariat direction en Adm.
Seul un poste de BR à Briançon est ouvert (pourvu à la dernière CAP).

Point 3 : organisation de la prévi Amont à la DIRSE

es documents sont déjà obsolètes. Le nombre de PAR, 16 sur le document passera à 11 durant le printemps 2017 (mutation, retraite). Même le passage à 2 DPA nuit et jour présenté, déjà jugé irréalisable par l’équipe des PARs, semble difficile à mettre en place avec les effectifs restants. La phase transitoire (d’une durée de 2 à 3 ans) sera sans doute très difficile dans ces conditions pour les PAR et par ricochet pour les CPR.
Dans ce contexte, la directrice a toutefois insisté pour que les demandes de mutation des PAR soient privilégiées. Pour rappel le passage en tout automatique est prévu en 2019.
Sur ce sujet Solidaires météo a rappelé l’avis du CHSCT sud-est du mois d’octobre 2016 qui préconisait la rencontre des Par avec le médecin de prévention et les acteurs sociaux. L’action semble avoir pris du retard.
Par ailleurs Solidaires météo a demandé que des consignes précises sur la priorisation des taches soit mis à la disposition des PAR. Cette priorisation est en fonction de quoi ? De la vigilance ? De l’impact suivant les usagers ? Il n’est pas normal que cet priorisation soit sous la responsabilité des CPRs qui n’a ni le temps, ni la responsabilité en situation météorologique délicate.

Nous avons aussi demandé un bilan du passage de 3 DPA à 2 DPA qui s’est fait sans l’avis du CHSCT.

Se pose la question du devenir des PAR, quel accompagnement pour ces collègues ? Il est urgent d’avoir un suivi sur les conditions de travail et le devenir du poste. La direction sud-est ne sait toujours pas si un poste d’aide prévisionniste ou régional sera ouvert et sous quelles conditions. Nos élus en CAP ont demandé que les PAR bénéficient du même traitement que les collègues dont le centre ferme : passage en CAP inversée, accompagnement, formation…

Point 4 : fermeture de CALVI

Le centre de Calvi devrait fermer l’année prochaine. Un vote a été demandé. Solidaires météo s’est abstenu sous réserve que le collègue restant soit accompagné avec un dispositif à l’instar de l’accompagnement des collègues dont le centre a fermé. Affaire à suivre de très près !
Vote : Abs 4 (2 Solidaires (sous conditions), 1 FO, 1 CFDT) et contre (1 CGT)

POINT 5 : Organisation de la MIR dans la région sud-est

Présentation d’Osmose par DIRSE/OBS/D. Le GT Osmose a été constitué par DSO/MSO/CRP à la demande de DSO/D qui lui a confié la mission de réfléchir , avec les OBS/D, à l’optimisation de l’organisation de la maintenance des systèmes d’observation et de lui fournir un rapport sur :
- l’implantation cible, à 10 ans, des pôles de maintenance (lot 1)
- l’harmonisation de l’organisation des pôles (horaires, astreinte, exigences, bonnes pratiques,…) (lot 2)
- La consolidation du calcul des charges de maintenance (lot 4)
- Le GT a choisi de travailler également sur la recherche d’autres pistes d’optimisation en termes d’organisation (lot 3)

Ce projet ne concerne pas la Corse. Un effectif minimal de 4 TSI sur les sites de Perpignan, Montpellier/Nîmes, Aix en Provence et Nice est préconisé. Se posent les questions de l’astreinte et ses compensations (jugées très insuffisantes), la durée de la journée de travail... La réorganisation de la maintenance a été aussi déconnectée de la fermeture des centres.

Point 6 : Evolution de l’organisation de la nivologie

Actuellement le fonctionnement reste extrêmement fragile. Le fonctionnement à Briançon durant l’hiver 2015/2016 en est une preuve.
Le document présenté nous laisse très perplexe notamment sur le rôle des CPRs. Ces derniers seront responsables de la vigilance avalanche à partir de l’hiver 2017/2018. Cette responsabilité engendre une grand inquiétude des CPRs qui n’auront pas acquis la compétence. Actuellement une journée de formation a été faite pour les CPRs . La compétence nivologie demande des études, des retours et une expérience que n’auront pas les CPRs.
La direction sud-est nous signale que les CPRs auront une formation de 6 jours l’année prochaine et un appui technique de la CMN (nouvellement crée et sous la responsabilité de la DIRop) et des points focaux.
Cette réorganisation de la nivologie est aussi sous conditions que les outils fonctionnent de façon opérationnelle ce qui n’est pas encore le cas : encore des bugs notamment sur synopsis.

Nous nous étonnons de ce choix car l’expérience de la vigilance VVS sous responsabilité des régions n’est pas un grand succès. Les CPRs sont souvent mal à l’aise et le peu de retours ou d’études de cas n’aident pas les CPRs à acquérir la compétence.

Nous avons aussi rappelé que le centre de Briançon a la responsabilité de 9 massifs ce qui n’est pas préconisé par le groupe de travail nivologie.

Point 7 : dérogations ARTT

Nous avons signalé que les CPRs ne peuvent pas bénéficier de leur repos nocturne en vigilance orange ou rouge, mais la direction rappelle que dans les textes, ce repos est admis quand la situation le permet.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW