Accueil > Sections locales > Ouest > CHSCT

Déclaration préalable Solidaires-Météo et FO-Météo au CHS OUEST du 6 Septembre 2022

mercredi 7 septembre 2022

Nous vous adressons une déclaration afin que vous puissiez mesurer le sentiment actuel partagé par de nombreux collègues, le ressentir, et agir ! Nous sommes aujourd’hui dans un monde où notre avenir et le vôtre sont politiques. La politique c’est en premier lieu oser parler.

Tout d’abord quelques constats, violents, aux conséquences parfois évidentes ; mais aussi des constats peut être encore plus violents et dont les conséquences sont plus subtiles.

Pour les conséquences évidentes, un premier exemple : imaginez que votre vie quotidienne, votre travail, soit dépendant du fonctionnement d’une chaudière obsolète ; une chaudière qui pourrait définitivement tomber en panne par exemple à cause d’une coupure de courant cet hiver. Et alors, que ce passera-t-il ? Quel sont les scénarios envisagés ?

Et pourtant, malgré l’abandon des centres depuis des années, les agents donnent encore de leur personne, et vont mal ; il suffit de 10 secondes de discussion pour le comprendre. Ils et elles restent attachées à faire un travail de qualité, parce qu’ils et elles savent que c’est là, dans le peu de sens qu’il reste à leur mission, qu’ils ou elles gardent un pied dans la communauté des météos, une maison aux valeurs fortes et belles, aux valeurs humaines dont nous voudrions être fiers.

Faire subir des années d’incertitudes aux personnels, cela crée de la souffrance au travail et finit par détruire les gens.

Aujourd’hui, une grande partie de l’incertitude et du mal être est également reliée à des causes plus subtiles, et multiples. En ce moment c’est par exemple l’outil Métronome. Comment une évolution technique peut-elle dégrader le travail des agents ? Comment est rédigé le cahier des charges ? Dans quel but ce logiciel a-t-il été développé ? Pourquoi nos nouveaux outils ne reprennent pas les fonctionnalités utiles des précédents ? Pourquoi au contraire le service se dégrade et nous laisse responsables face au clients ?

Plusieurs raisons, mais une en particulier pourrait améliorer sensiblement les choses : la transparence.

Force est de constater que les problèmes soulevés ou rencontrés ne sont pas remontés jusqu’aux décideurs.

Lire dans les compte rendus officiels que tout est nominal est en effet source d’exaspération.

Aujourd’hui les MC sont dispersés aux quatre coins de la DIR et interchangeables. Un client appelle par exemple le lundi à Tours pour une demande, le lendemain il rappelle et tombe sur Nantes qui n’est pas au courant de l’historique. Une vigilance en cours est suivi également de collègues en collègues. Pourquoi Métronome ne contient pas une fonctionnalité de suivi réfléchie et pensée pour la transmission des informations entre collègues désormais à des centaines de kilomètres les uns des autres ? Pourquoi Métronome met entre 4 et 6 fois plus de temps pour la rédaction d’un bulletin ? Pourquoi Métronome nous mentionne une tache comme étant urgente et devient rouge si l’heure est passée ou nous bloque une tâche avant l’heure de rédaction ? Pourquoi ces agressions ?

Ce qu’il manque c’est au moins un dialogue technique de qualité, de la base au sommet pour, malgré les réductions d’effectifs et le chaos permanent, garder un sens du commun pour le commun, et se sentir opérationnels et respectés, de son environnement de travail aux outils utilisés.


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW