Accueil > Sections locales > Sud-Ouest

Motion Solidaires-Météo Sud-Ouest

vendredi 22 mars 2019

Le sentiment actuel de prioriser les reclassements des agents des CMIR est fort, et nous revendiquons que chacun trouve sa place. Des surnombres dans chaque domaine doivent être concédés par la Direction afin de permettre le volontariat des agents en reconversion.

Les moyens en formation à la hauteur des enjeux humains doivent être débloqués par le ministère.

Un desserrement des calendriers est indispensable entre présentation des postes, ouvertures en CAP préfigurées et décisions en CAP. Plusieurs itérations sont nécessaires afin de permettre la réflexion, les changements d’avis et la bonne assimilation des informations qui ont encore à cette heure beaucoup de mal à être exhaustives.

Ce desserrement de calendrier doit également permettre :

  • d’adapter les services au travail en réseau, former le management et ponctuellement ajuster les effectifs des services d’accueil,
  • d’obtenir, déployer et s’approprier outils et méthodes pour permettre le travail sur site distant et son acceptation dans les services.

La section Solidaires-Météo Sud-Ouest rejette les projets d’organisation basés sur l’astreinte présentée au GT temps de travail. L’impact sur la vie professionnelle serait colossale : haute fréquence de rappel, repos nocturne probablement supprimé à terme, récupération de la pénibilité du travail de nuit (47h) probablement ramené au minimum du code du travail (11h) à terme. Les délais de ralliement à 2h (1h souhaité) seront extrêmement bloquants. L’impact sur la vie privée serait inimaginable

  • Nous revendiquons pour le futur poste de Météo Conseil un ajustement des effectifs cibles et 3 fiches de postes distinctes pour un fonctionnement basé sur des rythmes de travail en horaires P / SP et HB permettant pour les agents de choisir un rythme de travail régulier.
  • Nous revendiquons la séparation métier prévision et climatologie afin de maintenir les compétences développées par les uns et les autres dans ces domaines, la taille du territoire à couvrir étant incomparable avec celui du département pour lequel une telle polyvalence était un atout.
  • Concernant le fonctionnement saisonnier, si nous y sommes favorables pour absorber la hausse de charge des productions (notamment de viabilités hivernales), nous rappelons que la prévision du temps calme est aussi importante pour le bon fonctionnement de la société que de prévoir la mise en sécurité des personnes et des biens. Nous rappelons également que « beau temps » ne veut pas dire absence de travail compte-tenu des phénomènes qu’il implique : pollution, gelées, fortes chaleurs, etc...).

Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW