Accueil > Sections locales > Antilles-Guyane

Retour sur la trajectoire d’Emmanuel Macron qui s’est invité au déplacement de la tempête Kirk sur les Antilles

vendredi 12 octobre 2018

Monsieur le Directeur interrégional Antilles-Guyane

Nous vous faisons part de notre étonnement suite à la publication de votre article relatif au passage de la tempête tropicale Kirk sur l’Intramet de Météo-France.

Dans votre récente communication, vous laissez sous-entendre que le phénomène cyclonique n’a rien provoqué de significatif sur les Antilles françaises : "Finalement, aux abords de la Martinique, Kirk a subitement bifurqué vers le Sud entraînant avec elle les plus fortes précipitations au sud de l’île".
Nous espérons que vous n’ignorez pas que votre Direction va de Saint-Martin et Saint-Barthélémy (18° N) jusqu’à la Guyane française proche de l’équateur géographique.

Votre article donne la malheureuse impression que vous ne vous êtes pas intéressé un seul instant à ce qui se passait en Guadeloupe, 200 km au nord... Sachez qu’il y est tombé sur une grande partie de la Basse-Terre des précipitations allant de 100 à 150 mm, avec un pic de 173 mm à La Providence (Petit-Bourg) sur la route des Mamelles. Seuils justifiant les niveaux de vigilance pour fortes précipitations et orages qui ont succédé à la vigilance cyclonique.

Notez également que le service de prévision du Centre Météorologique de Guadeloupe a été fortement sollicité par les médias et les autorités lors de la venue du Président Macron le vendredi 28 septembre. Cette pression s’est exercée sur l’encadrement (CM971/D et DA) et le Chargé de communication, qui suivaient la situation depuis plusieurs jours déjà à l’instar des cadres de Martinique ; mais également sur le prévisionniste travaillant ce jour-là. Ce dernier, au moment où sa production était à son paroxysme, s’est vu confier la tâche de faire un point téléphonique avec le sous-préfet de Pointe-à-Pitre toutes les 15 minutes pour savoir si le PR pourrait se présenter à la commune de Goyave au sec...

Enfin, dans votre retranscription de la gestion de cette crise sur les Antilles françaises, vous ne mentionnez pas les îles de Saint-Barthélemy et Saint-Martin.
Pour rappel, lors de la venue d’Emmanuel Macron à Saint-Martin, la Collectivité était placée en vigilance orange mer, tout comme Saint-Barthélémy. Non pas en raison de Kirk, mais de la houle fortement énergétique générée au large par l’ouragan Leslie, qui a engendré de forts déferlements et des submersions marines.

Solidaires-Météo Section Antilles-Guyane


Pour télécharger cet article au format pdf : Enregistrer au format PDF - Partager : FB TW